Expédition "l’Âme Bleue", voile et apnée en Antarctique : l’interview de Fred Buyle part 2

Soyez le premier à commenter

La suite de l'interview de notre partenaire technique Fred Buyle après son retour d'Antarctique. Il nous raconte comment il a abordé le froid lors de ses plongées et nous donne son retour sur le matériel Tribord qu'il a pu tester dans des conditions extrêmes, notamment le masque de plongée Seamax.

Comment t'es-tu préparé à plonger dans une eau si froide ?
En fait le plus difficile ce n'est pas vraiment dans l'eau mais les phases d'habillage et de déshabillage.
C'est donc plutôt dans ces moments-là qu'il faut se motiver. Une fois dans l'eau on se concentre sur ce qu'on a à faire et ça se passe plutôt bien.
Mais ce n'est pas toujours facile!


Est-ce que tes capacités d'apnée changent dans un environnement si froid ?

En Antarctique on ne fait pas de grosses apnées.
Les choses les plus intéressantes à voir sont dans les 5 premiers mètres voir les 10 premiers.
Les animaux sont curieux donc arrivent rapidement vers nous. Ca facilite vraiment les choses.
L'eau froide favorise le réflexe d'immersion et donc les apnées sont assez confortables.
Mais au bout d'une demi-heure, ce sont les extrémités qui commencent à faire mal qui forcent la sortie de l'eau...
En 2005 j'avais eu l'occasion de faire des apnées au pole Nord géographique, sur la banquise.
Des descentes en poids constant à une cinquantaine de mètres ne posaient pas de problèmes.
C'est sur la durée de la session que la vraie différence se fait.


Combien d'apnéistes y avaient déjà plongé en apnée ?

Ce voyage était le premier entièrement dédié à la pratique de la plongée en apnée en Antarctique.
Mais je connais quelques personnes qui avaient déjà trempé leurs palmes dans ces coins-là. Mais cela reste marginal.
Il semblerait que je sois le premier apnéiste à avoir plongé au pole Nord et en Antarctique.... mais on en est jamais certain :)

A part le froid, quel était le principal danger sous l'eau ?

La glace est "vivante". Les icebergs de toutes tailles sont en perpétuelle transformation. Il faut donc faire attention, ils peuvent se retourner et se casser à tout moment sans signe avant-courreur...
Donc il faut garder cela à l'esprit et toujours avoir une idée de ce qu'il faut faire si cela arrive.
Avec le froid, les grosses combinaisons etc, on est moins mobiles et il faut donc tout anticiper beaucoup plus qu'en temps normal.



Quel matériel Tribord avais tu avec toi dans cette expedition ?  Quelle épaisseur de combinaison ?

Pour la combinaison, je portais une 7.5mm de "chasse" en néoprène refendu intérieur. Assez chaude tout en restant raisonnablement souple.
Des chaussons de même épaisseur et des moufles de 6mm.
Mais là où je pense que le matériel est encore plus important, c'est en dehors de l'eau. En effet, si on est bien au chaud et au sec avant et après les plongées, tout est beaucoup plus facile psychologiquement.
J'avais avec moi une sélection de sous-couches respirantes qui fonctionnent super bien et qui sont très confortables. Par dessus, en fonction du temps, une ou deux polaires.
La veste de quart 900 ne m'a pas souvent quittée. Que se soit lors des quarts de nuits dans le passage de Drake sous les embruns à 0°c ou par dessus la combinaison d'apnée, c'est un vêtement polyvalent. Bien chaude quand il le faut, sa grande respirabilité permet d'être "climatisé" quand il fait presque chaud sous le soleil Antarctique.
Question résistance, cela fait maintenant 6 mois que je la maltraite dans toutes les mers et les climats du monde et toujours pas de trace d'usure ou de faiblesse.
Je ne vois sincèrement pas la différence avec les vestes que j'utilisais avant et dont le prix était 3 ou 4 fois plus élévé....!



Quelques astuces pour lutter / résister au froid avant / pendant /après les plongées ?

Euh et bien du chocolat évidemment....!

Astuce pour lutter contre le froid : enfiler les vestes de quart OZEAN 900
et manger du saucisson smiley


L'expédition a réservé des navigations hors du commun au milieu de ces paysages uniques au monde

Tes impressions sur le masque Seamax ?

Le Seamax est bien adapté à ce genre de pratique de l'apnée. On a essentiellement besoin d'un bon confort et d'un large champs de vision.
Son volume est très réduit par rapport à d'autres masques qui ont un champs de vision comparable.
Il reste donc utilisable pour les apnées dans la zone des 20m.
Je préfère la version à jupe opaque car il n'y a pas les reflets qui peuvent arriver quand il y a grand soleil, quand je prends des photos, il faut que ma vision soit la plus naturelle possible.


A bientôt pour une prochaine expédition...
 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE