Fred Buyle et l'âme Bleue, expédition Antarctique ép 2

Soyez le premier à commenter

2ème épisode des aventures de notre partenaire technique Fred Buyle en Antarctique et de l'expedition l'Ame Bleue...

Carnet de bord :  MARDI 26 FÉVRIER

Petit tour de repérage dans la baie en zodiac.  Nous apercevons une femelle léopard.

Je suis fasciné par la douceur de ses arabesques. Premier contact agréable avec ce prédateur du haut de la chaîne alimentaire locale. Nous faisons une escale à la base, pour visiter le musée et faire quelques emplettes.
Découverte de la vie des premiers hivernants au sein du musée, et l'envoi de cartes postales fait, nous rentrons à bord.

Dans l'après midi, Laurent et Alex se mettent à l'eau avec la femelle. Gilles et Pierre assurent la surveillance en surface.
Après quelques circonvolutions timides, elle se rapproche animée par la même curiosité que les apnéistes.

De plus en plus enhardie, elle vient toucher les apnéistes, par test, montrant ses dents à l'objectif, lâchant quelques bulles… Gilles demande aux apnéistes de remonter sur le zodiac, ravis par ce contact, frissonnant de froid…de crainte?

L'équipe rentre. Je souhaite faire un tour à terre. Laurent m'accompagne à peine douché. Sitôt l'annexe à l'eau, la belle est là.
Pas de tour à terre, nous restons à son contact. Je la trouve toujours aussi douce. Il faut quelques claques sur le boudin du zod' pour éviter qu'elle ne s'aiguise les dents dessus.
Nous la suivons. Elle sonde, puis nous suit. Elle attrape un goéland, joue avec, puis le noie. Le pousse t'elle vers nous? Est ce un présent? Elle repart et disparait, laissant l'oiseau derrière elle.

Au milieu de cette petite baie, moteur coupé, nous rêvons éveillés. La neige tombe, les glaciers craquent et s'effondrent, dans un vacarme assourdissant se répercutant de falaises en falaises. C'est un autre monde.
Un tableau exceptionnel, une œuvre d'art.

Elle ne doit pas rester dans une collection privée, mais au musée, à la vue de tous. Comment partager ?
Amener les foules sans impacter sur cet Eden? Une vidéo, une photo ne transmet jamais l'émotionnel vécu.
Nous pouvons être des rapporteurs d'images et narrateurs d'émotions, pour une prise de conscience collective de la beauté à préserver dans notre monde.

Texte  : Frank Daouben
 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
HAUT DE PAGE