LE SURF EN RIVIÈRE

(6)
Soyez le premier à commenter

Comment continuer à vivre de sa passion pour le surf lorsque l'on vit loin de l'océan ? C'est le défi que se sont lancés Balthazar, ingénieur des produits freeride et snowboard chez Wed'ze et son ami Marvin.

 

INSOLITE : ILS SURFENT DANS LA RIVIÈRE AU PIED MONT BLANC

 

1- DES SURFEURS D'EAU VIVES

bathazar surfeur riviere

SALUT BALTHAZAR, PEUX-TU TE PRÉSENTER EN QUELQUES MOTS POUR NOS LECTEURS ?

Je suis un grand passionné de sports de glisse. Originaire de Bretagne, j'ai toujours surfé le long des magnifiques côtes du Finistère. Loin de l'océan, pendant mes études à Lyon, je pratiquais ma passion du ski dans les Alpes et je me suis aussi mis au longboard. 

Parle-nous un peu de ton métier, en quoi cela consiste d'être ingÉNIEUR CHEZ DECATHLON ?

Je suis ingénieur produit chez Decathlon, dans la conception des produits de ski et snowboard, au pied du Mont Blanc : un métier passionnant. Je profite de la neige l'hiver pour skier, et à présent de la fonte des neiges au printemps pour surfer en rivière à 5 minutes de nos bureaux ! L'idée est de pouvoir alterner et de pratiquer un sport de glisse tout au long de l'année. 

 

2- SURFER DES RIVIÈRES EN MONTAGNE

 

Quand as-tu débuté lE SURF EN EAUX VIVES ? Comment l'as-tu découvert cette discipline ?

J'ai débuté le surf de rivière en fin d'études à l'INSA de Lyon, avec deux amis Gauthier et Léo, sur une grosse vague sur le Rhône. Elle se nomme "Hawaï" sur Rhône, très prisée des kayakistes lorsque les conditions sont au rendez-vous, elle est impressionnante et dangereuse si on ne prend pas les précautions nécessaires. Mais les sensations sont incroyables, et tout ça à Lyon ! 
Après m'être initié sur cette grosse vague, on a envie d'en découvrir d'autres. C'est comme ça que je me suis renseigné et j'ai commencé à surfer face au Mont Blanc...!

Le mieux est de bien se renseigner auprès de la communauté des kayakistes : c'est eux qui connaissent le moindre recoin des eaux vives de France, leurs trésors, et leurs dangers. Les courants présents derrière les vagues de rivière (marmittes...) peuvent être dangereux (tourbillons) lorsque la rivière est profonde. Les dangers sont différents de l'océan, alors on ne se jette pas à l'eau sans analyse. Il y a toute une phase de recherche d'accès au spot par des passages en forêt, des prévisions de pluie ou de forte chaleur, et d'analyse du débit qui est très stimulante. 

 

La différence du surf en EAUX VIVES avec le surf traditionnel

Les + les - du surf en eaux vives

Pour moi, le surf "classique" et le surf de rivière sont deux sports différents et il ne faut pas rentrer dans le débat duquel est le mieux. Tout d'abord le milieu est différent, l'un soit dans l'océan ou dans des mers comme en méditerranée, sur des vagues formées par la houle venant du large, l'autre sur des vagues statiques qui se surfent à contre courant d'un fleuve ou d'une rivière, formées par une marche dans le fond de la rivière. En surf classique, la glisse est plus courte mais plus pure. L'océan est différent d'une heure à l'autre, il faut s'adapter, et c'est ça aussi qui rend le sport magique. En rivière, si il y a 1100m3/s le lundi et 1100m3/s le jeudi, la vague sera exactement similaire. Elle ne dépend que du fond, qui ne bouge qu'avec de grosses crues. 

Ensuite, le fun est de surfer dans des endroits insolites, que ce soit au cœur de Munich ou face au Mont Blanc. La vague avec un bon débit permet de tenir sans corde pendant plusieurs minutes ! On s'améliore techniquement dans nos appuis. On se sert parfois d'une corde pour se jeter à l'eau et tenir plus longtemps sur la vague ou faire des virages plus engagés, lorsqu'il manque un peu de débit. 

 

Est-ce que tu portes un casque pour le surf en eaux vives ?

Oui, le casque est obligatoire car rivière rime avec rochers. Le gilet d'aide à la flottabilité est aussi conseillé, en plus il permet d'avoir moins froid car on a moins la tête sous l'eau lorsqu'on tombe. Le gilet WAIRGO Tribord est idéal parce qu'on l'oublie lorsqu'on surfe, il permet une très bonne liberté de mouvement même gonflé.  

Pourquoi attaches-tu ton leash au poignet plutôt qu'à la cheville ? 

C'est un parti pris d'attacher son leash à la main, pour éviter de se noyer. Si le leash se coince dans la corde ou dans un rocher : lorsqu'on l'a au pied, on est emporté par le courant mais retenu par le pied, pas facile de se détacher... Alors que si on l'a a la main on est retenu par la main et on se détache plus facilement avec l'autre main. Mais ce n'est pas encore idéal je te l'accorde, il faudrait penser à un système plus adapté pour la rivière. 

 

3- Tes conseils pour les lecteurs qui aimeraient débuter le surf en eaux vives ?

Commencez dans un spot où le risque est maîtrisé et il faut demander des conseils à un kayakiste ou à une école de rafting du coin avant de se lancer à l'eau. Toujours surfer à plusieurs pour la sécurité, et le fun ! Si jamais vous tombez et que vous tenez encore la corde dans votre main, lâchez-là ! Ça vous évitera de vous faire mal à l'épaule et boire quelques litres d'eau, le courant est plus fort que vous. 

Les rivières regorgent de jolies vagues statiques qui permettent de surfer en étant loin de l'océan. Alors, trouvez vous une bonne combinaison, un casque, un bout de corde, et une planche (epoxy ou mousse résisteront mieux) et lancez vous à la recherche de votre nouveau spot insolite !

surfer en riviere au pied du mont blanc

Merci à Jean-Camille Goinmard de la compagnie ADDB Production pour cette magnifique vidéo qui retransmet l'ambiance et l'esprit de découverte des surfeurs d'eau douce...

Arvageddon / Mont Blanc from ADDB production on Vimeo.

Marie Salaün
Dialogue Leader | Surfeuse passionnée depuis 6 ans
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un commentaire
399,99 €*
5.00 / 5 1 avis
    19,99 €*
    5.00 / 5 1 avis
      229,99 €*
      4.27 / 5 22 avis
        179,99 €*
        4.25 / 5 28 avis
          HAUT DE PAGE