La vie subaquatique : les fonds sous-marins

(2)
Soyez le premier à commenter

Les fonds des océans abritent, selon leur profondeur, une faune et une flore particulière.

Les fonds rocheux

Support solide pour se protéger et s’accrocher, les fonds rocheux regorge de vie.

Zones calmes ou agitées, sombre ou lumineuses, chaque être vivant peut y trouver la place qui lui convient. C’est d’ailleurs cette solidité du support qui permet la prolifération d’une vie fixée (anémones, éponges…) ainsi que celle des animaux mobiles : certains y trouvent refuge, d’autres se nourrissent des organismes fixés.

La diversité des fonds rocheux explique leur extraordinaire richesse.

Les prairies et herbiers

Les herbiers sous-marins sont de grandes prairies de plantes aquatiques résistants aux agressions des vagues et du courant, mais beaucoup moins à la pollution, et autres interventions humaines.

A la fois abri et source de nourriture pour de nombreux animaux, les prairies sous-marines constituent un élément essentiel à l’équilibre écologique.

Leurs feuilles longues et souples, atténuent la force des vagues, protégeant ainsi lerivage de l’érosion. Lieu de reproduction, elles sont aussi le refuge de beaucoup d’espèces vivantes (crabes, oursins, étoiles de mer, ainsi que de nombreux mollusques et coquillages). Et chaque automne, les feuilles mortes s’accumulent sur les plages ce qui évite au sable d’être emporté lors des tempêtes de l’hiver.

La régression des herbiers doit donc être considérée comme une atteinte majeure à l’environnement.

Les fonds sableux

Plats et monotones, les fonds de sable paraissent dénués de vie... et pourtant ! Même si la faune et la flore ne sont pas exubérantes, on y découvre toutes sortes d’animaux surprenants qui se sont adaptés de diverses manières à cet environnement particulier.

La faune y vit camouflée et enfouie, ce qui la rend difficile à observer. Raies, soles, crabes, et bien d’autres, tous ont appris à se fondre dans cet environnement en perpétuel mouvement, balayé par les va-et-vient des vagues.

La pleine eau

On plonge rarement en pleine eau pour des raisons de confort, de sécurité et parce que l’absence de repères est extrêmement déroutante.

Ballottée par les courants, c’est une autre vie qui se développe dans ce grand bleu. Les invertébrés (plancton aux formes étranges, méduses, calmars...) échappent au regard en jouant la transparence. On y rencontre également des poissons de pleine eau, poisson lune, loups, mulets, thons, daurades…

Loin des côtes, le grand bleu est aussi le royaume des géants : dauphins, baleines, requins…

Le récif de corail

On trouve des récifs de corail dans les zones intertropicales. Pour que c’est derniers se développent, trois conditions doivent être réunies : eau à plus de 20°C, beaucoup de lumière et eau claire. Une multitude de poissons colorés y offrent un spectacle sans cesse renouvelé. C’est aussi sans doute le milieu le plus fragile de tous. Une pollution même faible, une température trop élevée de un ou deux degrés pendant plus d’une semaine ou des courants trop forts pendant plus de quelques jours ont une réaction négative sur les coraux.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Validez votre note
Rédiger un avis
Masque de snorkeling en surface Easybreath Turquoise
39,99 €*
4.60 / 5 770 avis
    HAUT DE PAGE