LE DICO DU DÉBUTANT

Si vous n’avez pas fait “Marin LV2” voici un petit dictionnaire qui vous permettra de vous en sortir lors de vos premières sorties en bateau !

En voile, c’est le vent qui dicte sa loi ! Vous remarquerez que tout est défini selon le sens du vent.

Au vent et sous le vent

Au vent et sous le vent : le côté prenant le vent est dit "au vent", l'autre côté est "sous le vent". En plus d'être une règle de priorité - priorité tribord amure au vent - il faut être capable de savoir où aller quand on vous dit de "vomir sous le vent" en cas de mal de mer. Petit tips en plus : pour rester au sec, vous et vos coéquipiers, faites pipi sous le vent, messieurs ! 

Les allures

Les amures : l’amure est le bord du bateau touché en premier par le vent, il y a donc deux amures tribord et bâbord. Si vous vous mettez dans le sens de la marche du bateau et qu’il prend le vent par la droite vous êtes à tribord amure (comme sur nos dessins), par la gauche c’est bâbord amure. 

 

Les allures : l’allure correspond à la position de votre bateau par rapport au vent. Il y a 4 allures : le prés, la travers, le largue et vent arrière. Je vous explique les allures de manière plus complète dans un article dédié à ça.

Ça risque de vous démanger fortement à bord de demander à votre équipier de “tirer sur la corde” mais au risque de vous décevoir : il n’y a pas de corde sur un bateau !!! Enfin, techniquement ça y ressemble beaucoup…

Les drisses : ce sont les “cordes” qui se trouvent le long du mât, elles servent à hisser les voiles. Le petit moyen mnémotechnique : une drisse hisse !

 

Les écoutes : se sont les “cordes” qui permettent de régler les voiles, il y en a sur chaque voiles et de chaque côté pour pouvoir virer de bord.

 

Les amarres : très connues grâce à l’expression “larguez les amarres”, elles servent à accrocher votre bateau au ponton … je vous déconseille tout de même de les larguer au sens propre, elles pourraient vous être utile pour vous amarrer à un autre ponton !

Les différentes parties d'un bateau

Pour que tout le monde se comprenne à bord il faut parler le même langage afin que tout se fasse dans la fluidité. “Enlève les boudins du côté qui servent à protéger le bateau” c’est un peu long pour faire comprendre à quelqu’un qu’il doit enlever les pare-battages !

La grand-voile : c’est la voile principale du bateau, celle qui vous fera chantoner “j’ai sorti la grand-voile et j’ai glissé sous le vent”

 

Le foc ou génois ou trinquette: cette voile se trouve à l’avant du bateau, généralement plus petite que la grand-voile, sa taille varie selon la force du vent : moins il y a du vent plus elle est grande pour avoir une plus grande surface de voilure et donc avancer !

 

Le spinnaker (spi) : c’est la grande voile triangulaire qui se hisse en vent portant (vent arrière et largue). Cette voile creuse et légère permet de mieux prendre le vent et donc d’aller plus vite.

 

La bôme : c’est le “bras” perpendiculaire au mât qui permet de tenir la grand-voile. Sur de plus petites embarcations - voile légère - il n’y a pas de bôme.

 

Le tangon : c’est en quelque sorte “la bôme du spi”, il est relié au mât et à l’avant du spi pour le retenir. Tous les bateaux n’ont pas de tangon, sur certaine embarcations le spi est directement attaché à l’étrave.

 

L’étrave : c’est l’avant du bateau. Pour définir votre amure, il faudra que vous vous placiez face à l’étrave.

 

Le pare-battage : le boudin sur le côté qui sert à protéger le bateau !

 

La barre : c’est votre volant ! Vous pouvez avoir à faire à une barre franche - tige métallique - qui est directement reliée aux safrans ou une barre à roue - volant - reliée aux safrans par un système de poulie.

 

La quille : se trouve sous le bateau, c’est en fait un poids qui est proportionnel à la taille et au poids de votre bateau, ce qui l’empêche de se retourner. Il n’y a pas de quille sur les dériveurs et catamaran - dits voile légère - d’où la possibilité de dessaler.

 

La dérive : c’est tout simplement ce qui vous permet de ne pas dériver. Lorsque le vent vient dans vos voiles, l’action de la dérive empêche le bateau de se décaler et donc le fait avancer.

 

Le(s) safran(s) : ce sont des “pales” reliées à la barre qui permettent de vous orienter, sur certains bateau il y a plusieurs safrans.

 

Le winch : est un treuil à main qui permet de démultiplier la traction humaine effectuée sur les cordages. Grâce au winch et à la manivelle qui l’accompagne, même les petits bras s’en sortent !

 

Les taquets : les taquets servent à retenir les drisses, une fois fermé les drisses sont bloquées.

 

Le piano : je ne vais pas vous jouer du violon... le piano est le nom donné à l’ensemble des taquets, tous mis les uns à côté des autres on dirait un piano !

 

Les penons : ne sous estimez pas ces petits fils de laine, grâce à eux vous pouvez barrer correctement ! Pour être sûr de votre allure, il faut que les penons de chaque côté du génois soient alignés.

 

Les haubans : ils tiennent le mât des deux côtés du bateau.

 

L’étai : il est tendu entre le haut du mât et l’étrave, le génois se glisse dedans lorsqu’on le hisse. Il y a également un étai arrière, appelé pataras, qui relie le haut du mât à l'arrière du bateau. 

Vous connaissez désormais l’essentiel sur un bateau, une fois en situation vous apprendrez encore plus de vocabulaire et naturellement vous commencerez vous aussi à parler comme un marin.

Maintenant que vous êtes prêts à comprendre l’essentiel, on se voit sur l’eau ?

Commentaires utilisateurs

Soyez le premier à déposer un commentaire

Rédiger un avis
HAUT DE PAGE